SGD


Évolution de l’organisation des sites de production et support du changement

Témoignage de Christophe Dhaene, chef de projet UAP

  • Comment se sont déroulés vos échanges avec les intervenants Euro-Symbiose ?

« Pendant toute la phase de conception du parcours, j’ai principalement travaillé avec Françoise [Jasnault, Directrice Générale]. Après avoir bien défini le besoin, nous avons élaboré ensemble un parcours à la carte. Nous l’avons ensuite enrichi et ajusté selon les retours d’expérience des UAP pilotes que nous avions mis en place sur chaque site. J’ai apprécié la pertinence des remarques de Françoise et le coté pragmatique de son approche, toujours centrée sur notre besoin et les attentes des futures UAP. Ce projet était ambitieux, puisque nous partions d’une organisation assez « archaïque » avec plus de 400 personnes impliquées sur 2 sites. Le challenge était d’introduire tout ce changement dans un temps record, et de motiver les acteurs concernés sans les « écœurer » de tout ce retard à rattraper. Aujourd’hui, l’animation de la performance est faite tous les jours dans les UAP – par les RUAP et les leaders –, il y a une réelle prise de conscience de la part des équipiers. »

  • Quelle a été la plus-value de ce projet ?

« Tout d’abord, cette réorganisation a permis de responsabiliser des équipiers de production (anciennement opérateurs dans des ateliers de 100 à 150 personnes) sur des zones beaucoup plus restreintes, autour d’un leader dont la mission principale est d’organiser la production pour atteindre la meilleure performance possible compte tenu des aléas. En plus d’être plus autonomes et mieux organisés, il y a maintenant un réel sentiment d’appartenance de chacun dans son UAP, et un souci de savoir si la performance d’aujourd’hui est meilleure que celle d’hier. Le parcours construit est un réel succès, on a vraiment vu les leaders se prendre au jeu et désormais toutes les pratiques d’animation et modes de réaction (ex : QRQC) sont en place. C’est un grand changement dans la gestion de la production au quotidien. »

  • Qu’en retenez-vous ?

« Je pense qu’il s’agit d’un réel changement culturel pour SGD. Le modèle UAP est hérité du secteur automobile, et de fait encore très peu répandu dans le monde de la parfumerie. Depuis que nous sommes passés en UAP, nos résultats se sont considérablement améliorés. Le fait de continuellement chercher à améliorer la performance est visible : nous sommes en constante progression, « accrochés » sur la pente du progrès de nos performances coût, qualité, délai. Aujourd’hui, tous nos clients nous félicitent pour ce changement.

Ce modèle d’organisation de la production est devenu un standard pour le groupe SGD, et nous sommes en train de le déployer sur tous nos sites dans le monde. Nous souhaitons qu’Euro-Symbiose continue de nous supporter, notamment pour le développement des UAP sur tous les sites de parachèvement SGD en Europe, aux États-Unis et au Brésil. »